… quand tu nous tiens

Texte réalisé sur une idée de Léiloona

marion-pluss

© Marion Pluss

« Je vois que t‘as toujours la fumée au bout du bec.

– Oui, je suis là pour animer le cancer du poumon. Mais dis-moi, toi, tu es toujours dans un fond de verre !

– Oui aussi vrai, mais je suis pour la cyphose du foie.

– Tu voulais dire la cirrhose, des fois.

– C’est-ce que je viens de dire.

– Si on veut. Tu l’arroses des fois un peu trop. Tu devrais prendre l’air, tu es tout rouge.

– Ne te moque pas. Je fuse bon cru de croire que je serais la vedette de ce moment.

– Tu es à l’honneur bien trop souvent. Pour une fois, tu n’es qu’accompagnant.

– Oui, je suis là moi au moins. Toi tu pars toujours en cendre !.

– Je ne suis que le clonage du mal pour leur bien-être. Mais tu n’as pas à te plaindre, toi qui passe sous la critique des grands hommes.

– Tu trouves ça intéressant de se faire reluquer les fesses, pour qu’on te dise : “il a une belle robe, il est fruité cette année, il a du goût.” Tu trouves que c’est une vie, ça ?

– Je ne voulais pas te blesser dans…Hem ! Hem ! Le blanc de ton cœur. Veux-tu te roser de mes excuses ?

– Oui, bien sur. Dis-moi on est là pour quoi exactement ?

– Ben, on attend. Un des leur vient de subir un règlement de compte. Pour une fois que ce n’est ni toi ni moi qui les fumons.

– Mon degré est en ébullition, je me souvenais plus. Et,,,

– Chut ! Ça commence. 

– T‘enflamme pas, ce n’était pas une grappe de questions, juste une quest…

– Chut ! Tu es enivrant à force.

– Je perds mon souffle, je meurs, je suis juste mort et je tiens à vous lire ces quelques motsvitales pour moi.

La balle me pénètre, Je ne lai pas vue venir. Pourtant la douleur me fait gémir. Lodeur de mon sang qui coule me la rappelle. Je meurs, vidé, mon souffle séteint. Je ne vois plus que lombre de ma mort. Je me sens seul, en portant ma mort qui memporte. Le silence mentraîne vers cette voie de lumière. Ma flamme ne brille plus. Je me laisse sombrer à bout de force, bercé par le rayonnement. Une voix mappelle avec l’énergie que je nai plus. Je suis là, entouré par je nsais qui. Mes yeux pleurent ce monde que je quitte. Mes oreilles nentendent plus ces cris, elles nécoutent plus que mon cœur. Mon nez ne sent plus les odeurs de la vie, il ne sent que le battement de mon souffle qui senvole. Je suis là, allongé et je me regarde mourir sans un geste pour moi. Je ne suis plus. Je ne vis plus pourtant je suis là. Écoutez-moi, je vous crie ! Ne pleurez pas ! Regardez-moi ! Je vous appelle. Entendez-moi je vous en supplie. Tenez-moi la main. Jai besoin de vous tenir pour ne pas me noyer dans vos larmes. Soyez-là pour moi, je pars. Soyez-là pour maccompagner, ne soyez pas égoïste. Jai besoin de vous. Retenez-moi, je ne suis pas prêt. Ne mabandonnez pas. Je ne veux pas y aller. Je veux vous revenir. La couleur vitale séchappe, celle du noir me rattrape. Je reste figé sur nos photos, sans vie, alors que jadis je les regardais avec vous. Rappelez-vous, ces moments doxygène. Je ne suis plus. Je suis devenu jaloux. Je suis devenu rancunier. Je vous en veux, jaimerais tellement vous remplacer. Je suis parti, mais je ne suis pas loin, je vous attendrai. Vous me manquez ! Je vous vois, je vous sens, je vous écoute. Vivez ! Oui vivez ! Vous portez le souffle que je nai plus. Je ne voudrais pas être meurtri par votre attitude. Alors, pas de cinéma devant ma dernière demeure. Partageons cet instant, après vous pourrez finir par moublier. Je ne vous en voudrais pas. Je naurai plus danniversaire joyeux à vous donner. Je naurai plus de barbe pour vous accompagner en fin dannée, ni même détrenne à vous offrir. Je naurais que la pensée de vous rappeler que je fus parmi vous, vivant. Je ne veux plus de vos larmes, ni la fleur de la Toussaint. Je veux vivre. Oui ! Vous avez compris ? Je veux vivre. Ne me laissez pas mourir encore une fois. Croyez-moi, quand vous me rejoindrez, je vous attendrai les bras ouverts. Donnez-moi rien quun dernier souffle. Un pot pourri de mon vécu dont la senteur des souvenirs me redonnera la vie. Je ne veux plus être mort, alors laissez moi vivre à travers vous.

– Réveille-toi, c’est fini. Qu’est-ce qui lui a pris à l’auteur ? On vient combler accessoirement ces deux individus au look peu orthodoxe, pour le scénar d’un mec qui meurs et qui parle dans sa mort. Il nous prend pour des cons celui-là ou quoi ? J’ai pas signé pour être figurant dans une merde pareille !

– Hein ? Quoi ?

– Je disais que le narrateur devrais peut-être arrêter de te consommer, car pour le moment je suis le seul censé.

– Ok, ok !

Tu vois ? Le plus misérable dans tout ça, c’est que nous on est quéphémère. Mais quand tu vois les agissements de ces êtres dits intelligents, se foutre de tout, se permettre tout et les voir pleurer quand le mal est fait, franchement.,, On est peut-être plus éphémèrement de réalité queux, tu crois pas ? Même notre Dieu addiction est le plus grand.

– Hein ? Hic ! Tu me disais ?

– Que ton rôle, aurait dû être écrit par l‘auteur, à jeun.

– Qui c’est qui dit qu’on est à la hauteur d’Agen…

– Laisse tomber ! Je vois que mes espoirs tombent en fumée. »

une-photo-quelques-mots1

Publicités
Cet article, publié dans Mon carnet, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

30 commentaires pour … quand tu nous tiens

  1. sabariscon dit :

    Bravo pour ces jeux de mots et ces métaphores on ne peut plus filées. J’aime beaucoup ton idée de départ aussi.

    Aimé par 1 personne

  2. Stephie dit :

    Beaucoup aimé les métaphores et les divers rebondissements, bravo 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Vudemeslunettes dit :

    Très bonne idée de départ ! J’aime beaucoup les jeux de mots qui nous entrainent dans l’histoire. 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. nathchoco dit :

    ah ah , alors là ils y sont jusqu’au cou !

    Aimé par 1 personne

  5. Que de jeux de mots très agréables, bravo 🙂

    Aimé par 1 personne

  6. Particulier.
    Je me demandais quel point de vue tu allais aborder avec cette photo – c’est bien trouvé. Bravo pour les jeux de mots et j’ai bien aimé l’idée de l’auteur sous emprise lors de la rédaction…

    Aimé par 1 personne

  7. myrtille dit :

    très original comme toujours, j’aime 😉

    Aimé par 1 personne

  8. blogadrienne dit :

    un vrai dialogue de sourds, mais c’est normal, il ne vivent pas dans la même sphère!
    excellente idée de point de vue, une fois de plus!

    Aimé par 1 personne

  9. victor dit :

    Excellente idée de depart 🙂 J’adore tes jeux de mots.

    Aimé par 1 personne

  10. 32octobre dit :

    plus qu’original… j’aime

    Aimé par 1 personne

  11. Fumées et alcools … me v’la tout … retourné.

    Aimé par 1 personne

  12. Ping : Ode aux bikers (Atelier d'écriture) | Bric à Book

  13. camoccupe dit :

    Bravo pour ces jeux de mots 🙂
    Alcool et Cigarette, le combo gagnant !

    Aimé par 1 personne

  14. Leiloona dit :

    Wow, suis soufflée par ton écriture ! 😮 Chapeau !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s