C’est une belle … journée

Je ferme la porte à clef. Je m’assois à mon bureau. Le siège est froid mais je suis courageux. Je pose mes fesses. Bien sûr, dans ces deux mètres carré, les murs sont blancs, ornés d’un cadre représentant un paysage de lavande. ça sent bon la Provence.

Il y a de la lecture entassée dans un bac prévu à cet effet. Le sol est habillé d’un beau carrelage vert anis. La porte est d’un ton chocolat. Il y a du papier, très utile dans ce lieu. Je pense à tout et à rien. J’ai déjà lu tout ce qui est ici. Il faudra que je pense à renouveler les magazines.

C’était une journée de merde. Ce matin je me suis levé avec une demi-heure de retard, donc en retard pour le travail. Un petit coup de gueule du patron, ça l‘a mis en forme. Je suis rentré manger le midi et j’ai oublié de prendre le pain en passant. Deuxième engueulade de la journée de la part de ma femme. Après un repas allégé, je me suis posé sur le canapé du salon avec un bon petit café. Enfin j‘allais pouvoir me détendre. Ma femme était partie à son travail. Seul ! Enfin seul ! Quel plaisir ! Deux minutes avec ces belles pensées et mon fils est rentré de l’école, grève de son professeur. Bon, il a filé dans sa chambre avancer ses devoirs. Je suis revenu me vautrer sur le canapé mais le téléphone a retenti. C’était le collège. Mon deuxième fils est malade. Il a fallu que j’aille le chercher. J’ai mis mes chaussures et j’ai foncé au bahut pour le ramener. Une fois rentré, j’ai appelé le médecin. Une gastro, total de l‘addition, vingt-trois euros. Il est parti en me laissant l’ordonnance. J’ai dit à mon fils de se coucher, à l’autre de ne pas faire de bruit car son frère était malade. Je me suis rendu à la pharmacie. La dame m’a tout préparé dans un beau sachet. Puis elle m’a dit :

« Monsieur, votre carte n’est plus à jour, vos droit sont périmés.

– Ok, je vais aller voir à l’organisme. »

Cinquante huit euros à régler, pour quelques médicaments. Je suis revenu à la maison et j‘ai donné le traitement à mon grand. J’ai refait un café car l’autre avait bien refroidi depuis le temps. Puis je me suis réinstallé sur mon sofa. Mais on a frappé à la porte. Je me suis levé : un copain du petit. Vraiment il y a des jours où on enverrait tout chier !

Je suis assis là, enfin seul dans mon espace pour un instant, un petit moment. Et bien, non ! Même là, il faut qu‘on me dérange !

« Papa tu en as pour longtemps ? J’ai envie de pisser ! »

Sans commentaire, une journée à chier, une journée de merde !

Publicités
Cet article, publié dans Mon carnet, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour C’est une belle … journée

  1. Debora Anton dit :

    La chute est excellente ! Mdr !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s